Chroniques

Les Rendez-Vous du Futur

Chroniques sur les sciences et les technologies qui vont influencer notre avenir. Des centaines de chroniques sur la biologie, la communication, l'informatique, l'environnement, les matériaux nouveaux, présentées par Joël de Rosnay sur Europe 1 entre 1987 et 1995.

 

Biologie
Informatique
Communication
Matériaux

Environnement

LE PLANCTON ET LES NUAGES

Environnement - Janvier 1992

 

Une des hypothèses parmi les plus intéressantes de l'écologie moderne repose sur la métaphore de Gaia proposée par le biologiste britannique James Lovelock : la Terre serait analogue à un super-organisme vivant. Cette théorie encore controversée à le mérite de rassembler des domaines scientifiques très divers pour interpréter des phénomènes globaux de la planète. Par exemple la régulation de sa température moyenne, le maintien de la concentration de l'oxygène de l'air ou du sel des océans. Selon l'hypothèse Gaia des espèces vivantes influencerait le climat en créant des conditions favorables à leur propre développement. Il ne faut voir là aucun mécanisme finaliste, comme si un être supérieur avait déterminé à l'avance le réglage des systèmes de contrôle qui maintiennent constants les différents paramètres vitaux de la Planète. Il n'y aurait que des mécanismes cybernétiques, analogues à ceux qui régulent les grandes fonctions de notre corps. Des chercheurs australiens viennent de confirmer un des éléments clés de l'hypothèse Gaia. D'après Lovelock le plancton des océans favorise la production de nuages par l'intermédiaire de DMS (diméthyl sulphide) un produit de leur métabolisme. Le DMS et ses dérivés agit en favorisant la formation de noyaux de condensation d'eau à partir desquels se forment les nuages. Quand le soleil frappe directement la surface des océans il stimule la croissance du plancton qui produit d'importantes quantité de DMS. Ce qui provoque la formation de nuages, lesquels refroidissent les océans ce qui ralentit la croissance du plancton. Il s'agit d'un feed-back négatif, bien connu des ingénieurs. Les chercheurs australiens ont démontré l'existence une relation saisonnière étroite sur une durée de 9 ans entre la concentration des noyaux de condensation des nuages et la présence de dérivés chimiques du DMS dans l'air. De l'eau apportée au moulin de Lovelock et à son audacieuse hypothèse.

 

Blogs Livres

Je cherche à comprendre... - 2016
Et l'homme créa la vie - 2010
 La révolte du pronétariat - 2006
 Surfer la vie  - 2012
 2020 Les Scénarios du futur - 2007
Une vie en plus - 2005

Recherche

Réseaux sociaux

Twitter
Facebook

Scoop'it
Pearltrees

Vidéos


Photos

Liens

Forum Changer d'Ere
Biotics
Les Dialogues Stratégiques

Universcience
Universcience.TV

The Boson Project

Contact